Science

« La crainte de l'Éternel est le commencement de la science ; les insensés méprisent la sagesse et l'instruction. » (La Bible, Proverbes I, 7)


Définition

Le mot science vient du latin sciens, "sachant", du verbe scio, "savoir". Il est synonyme de "connaissance".

 

« L'arbre de la science n'est pas celui de la vie »

Cette formule, que l'on doit au poète britannique Byron, résume très bien le problème de l'humanité au regard de la science.

 

En effet, le péché originel de l'homme est d'avoir voulu être savant plutôt que sage. C'est l'orgueil d'avoir cru pouvoir devenir comme Dieu par la connaissance, au lieu de conserver et développer l'image de Dieu à travers la sagesse et l'obéissance à la Loi. Telle est l'interprétation que l'on peut tirer de la Genèse lorsqu'elle nous parle de l'arbre de la connaissance du bien et du mal. Et que cette histoire soit figurée ou non n'a aucune importance, car l'essentiel est surtout le sens spirituel.

 

Nos premiers parents ont transgressé la seule Loi divine d'alors en consommant de l'arbre de la science et ont ainsi été exclus du paradis terrestre. C'est l'origine de la chute. Cependant, ce n'est pas tellement d'avoir consommé de cet arbre qui allait les tuer, mais plutôt leur impénitence qui les priva de l'arbre de la vie (Ge III, 22-24). Or, l'arbre de la vie symbolisait déjà la croix du Christ, raison pour laquelle certains chrétiens ont pu penser que le bois de la sainte croix provenait réellement de cette essence. Mais cette hypothèse importe peu, car ce n'est pas la croix en tant que telle qui donne la vie, mais celui qui a donné sa vie en sacrifice expiatoire sur elle. Et celui-ci est la Vie, car il fut l'Incarnation du Verbe de Dieu, du souffle de Vie, soit la personnification de la Sagesse. Mais comment savons-nous que la Parole de Dieu est également la Sagesse ? Parce qu'il est dit que la Sagesse est "un effluve de la puissance de Dieu, une émanation toute pure de la gloire du Tout-Puissant" et qu'elle partage le trône du Seigneur (Sg VII, 25 ; IX, 4 ; cp. Pr VIII, 22). Et le sage Yeshoua ben Sira nous révèle que la Sagesse "est issue de la bouche du Très-Haut" (Sir XXIV, 3). Or, puisque le Christ est le Verbe de Dieu incarné, nous pouvons aussi dire qu'il est la Sagesse incarnée (Jn I, 1-2, 14). C'est lui la Voie, la Vérité, la Vie (Jn XIV, 6).

 

Malheureusement, l'humanité n'a pas changé et n'a rien appris de ses antiques erreurs. Nous arrivons même aujourd'hui au paroxysme du péché. L'homme moderne a gagné beaucoup de connaissances, plus que jamais dans l'histoire, pour le meilleur mais surtout le pire. Pour le meilleur, car la science nous a permis de combattre certaines maladies et de résoudre différents problèmes, et donc de vivre moins de souffrances à certains égards. Mais pour le pire, car la science nous a aussi rendus prétentieux au point de croire que l'on pourrait se passer de Dieu avec cette nouvelle religion qu'est le scientisme. Or, cette attitude est particulièrement toxique, car les connaissances que l'on acquiert ne servent à rien si elles n'ont pas pour fin le bien. Et la science livrée à elle-même est incapable de distinguer le bien et le mal. Par conséquent, les connaissances, si grandes soient-elles, peuvent non seulement être mal interprétées, mais également servir le mal. Et cela devient de plus en plus visible de nos jours à travers différentes théories mensongères et techniques mortifères.

 

En d'autres termes, l'homme moderne se vante de consommer beaucoup de l'arbre de la science, car il pense encore pouvoir devenir comme Dieu par ce moyen. Mais il oublie que cela mène à la mort, d'autant qu'il se prive de la vie, autrement dit de Jésus-Christ. Il est ainsi devenu obèse de science, mais souffre d'une grande carence en sagesse. Et il périra lamentablement en poursuivant dans cette voie…

 

C'est pourquoi, dès notre premier album de rap nous pouvions dire : « Le savoir est une arme ; la sagesse vaut bien plus. »


Page d'accueil - Christocrate.ch