Condamné à Mort

«Car, qu'est-ce votre vie ? Vous êtes une vapeur qui paraît pour un peu de temps, et qui ensuite disparaît.» (La Bible, Jacques IV, 14)


I. Message important 

Sans vouloir être pessimiste, beaucoup de choses nous montrent que le monde va de mal en pis ! Nous voyons constamment, par le biais des médias et autour de nous, les crises économiques, écologiques, sociales, morales, spirituelles etc. qui sont en parties dues à notre égoïsme et notre apathie. Mais ces problèmes pourraient encore trouver des solutions, il suffirait pour cela d'une prise de conscience collective... 

 

Tous condamnés à mort ! 

Cela dit, il y a un problème majeur encore bien plus urgent auquel l’homme ne peut échapper : c’est celui de sa propre mort. En effet, quel que soit notre religion ou notre façon de penser, nous serons probablement tous d’accord pour dire que nous allons tous mourir un jour. C'est le plus grand drame de la vie humaine : nous sommes tous condamnés à mort ! Nous ne savons pas quand ni comment nous partirons, mais depuis le jour de notre naissance le processus est enclenché et nos jours sont comptés. Perdu dans le stress de nos activités diverses, nous avons souvent tendance à oublier cette triste vérité qui, par la même occasion, nous fait souvent passer à côté des questions les plus fondamentales qui soient, comme par exemple : où allons nous après la mort ? pourquoi mourrons-nous ?, etc. Assurément, personne ne peut expliquer « a + b » le sens profond du pourquoi « être pour ne plus être ». Cependant, les chrétiens peuvent au moins dire ce que la Bible (l'Ecriture inspirée par Dieu) déclare sur les choses les plus importantes à savoir. Et vous constaterez qu’elle ne tourne pas autour du pot en la matière.

L'origine de la mort

Sur son origine, la Bible nous dit par exemple que l’homme est un pécheur et que "le salaire du péché c’est la mort" (Romains VI, 23). Nous apprenons donc premièrement que mourrons à cause du péché. Mais qu’est-ce que le péché ?  Elle nous répond que "le péché est la transgression de la loi"I Jean III, 4) et que face a elle (la loi Divine) nous sommes tous coupables, sans exceptions : Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu (Romains III, 23). La loi dont il est fait mention sont les standards établis par Dieu, que l’homme n’a jamais réussi à suivre à la perfection : "Car quiconque observe toute la loi, mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous(Jacques II, 10). Autrement dit  le péché est notre incapacité de faire continuellement le bien, que ce soit en pensées, en paroles ou en actes, "car il n'y a sur la terre point d'homme juste qui fasse le bien et qui ne pèche jamais" (Ecclésiaste VII, 20). Par conséquent, quel que soit la nature de nos oeuvres, elles ne pourraient jamais satisfaire aux exigences de la justice Divine car "nous sommes tous comme des impurs, et toute notre justice est comme un vêtement souillé" (Esaïe LXIV, 6). Dès lors, même les hommes les plus spirituels ont reconnu leurs imperfections. Voici par exemple ce que dit l’apôtre Paul :

 

Nous savons, en effet, que la loi est spirituelle; mais moi, je suis charnel, vendu au péché. Car je ne sais pas ce que je fais: je ne fais point ce que je veux, et je fais ce que je hais. Or, si je fais ce que je ne veux pas, je reconnais par là que la loi est bonne. Et maintenant ce n'est plus moi qui le fais, mais c'est le péché qui habite en moi. Ce qui est bon, je le sais, n'habite pas en moi, c'est-à-dire dans ma chair: j'ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien. Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas. Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n'est plus moi qui le fais, c'est le péché qui habite en moi. Je trouve donc en moi cette loi: quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l'homme intérieur; mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres. Misérable que je suis! Qui me délivrera du corps de cette mort?...Romains VII, 14-24

 

Pour reprendre l’expression de Paul sur cette dualité « chair-esprit », notre homme extérieur (charnel) n’a donc aucune chance d’échapper à la mort physique. Il n’existe aucune possibilité de recours pour abolir cette mort là. Toutefois, notre homme intérieur (âme) peut échapper à la mort/condamnation éternelle. Et c’est justement là, le cœur de la foi chrétienne et l’ultime espoir de rédemption en Jésus-Christ. Lui seul peut empêcher cette condamnation éternelle, car Lui le Messie, le Fils de Dieu, le deuxième Adam, n’a jamais péché ! Il a pris sur Lui nos fautes et notre condamnation ! C’est pourquoi, l’apôtre Paul terminera la même épître en disant : Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur!...

 

Que faut-il faire pour être sauvé ?

Si comme Paul et comme tous les vrais chrétiens, vous vous reconnaissez misérable, pécheur et incapable de vous sauver par vos oeuvres, la Bible a une bonne nouvelle pour vous : vous pouvez être sauvé ! Mais pour cela, vous devez croire en Jésus-Christ : « Crois au Seigneur Jésus et tu seras sauvé » (Actes XVI, 31). Dieu a déjà tout accompli. Ce que vous devez faire c’est simplement de vous repentir (Actes III, 16) et recevoir, par la foi, le salut que Dieu offre (Ephésiens II, 8-9). Il vous faut mettre votre confiance totale en Jésus-Christ seul, pour l’expiation et le pardon de vos péchés. Croyez en Lui et vous ne périrez pas (Jean III, 16). En effet, Dieu vous offre le salut comme un don, un cadeau, il vous reste juste à l’accepter. Ensuite, après avoir fait cela, allez simplement vous faire baptiser (Marc XVI,16), c'est un acte d'obéissance pour symboliser votre nouvelle naissance et votre appartenance à Jésus-Christ ! Voilà en quelques lignes le message central de la Bible qu'on appelle "Evangile" (Bonne nouvelle) ; c'est cash et ce n'est pas plus compliqué que ça. Saisissez donc la grâce que Dieu offre en Jésus-Christ pour l'éternité ! Car rien d'autres n'est plus important.

 

Si malgré tout, vous vous dites que cela ne vous concerne pas, sachez juste que la colère de Dieu demeure sur vous (Jean III, 36), et que vous ne pourrez être sauvé en négligeant un si grand salut (Hébreux II,3).   

 


II. Jésus-Christ est le seul chemin

Le salut selon les religions

Selon le Judaïsme, le salut dépend d’une décision prise au jour du jugement en fonction de la conduite morale de chacun par l’application des 613 mitsvot (commandements). L’Hindouisme envisage une série de réincarnations qui permet à l’âme humaine de s’élever dans le cosmos. Le Bouddhisme veut vous guider dans la vie en suivant un Chemin Noble aux huit étapes et en vous appuyant sur les Quatre Vérités Nobles. Les musulmans avancent sur la voie qui mène à Allah en obéissant aux Cinq Piliers de la Foi. Bien des philosophes considèrent qu’une vie après la mort n’est qu’un mystère ou pire un mythe, “un grand bond dans l’inconnu”. Beaucoup mettent dans le même sac Jésus, Moïse, Mahomet et Confucius et tous les autres grands chefs spirituels du passé ! Jésus a dit : “Je suis le chemin, la vérité et la vie. Personne ne peut aller au Père autrement que par Moi.” (Jean XIV, 6)

 

Beaucoup affirment : “Tous les chemins mènent au paradis.” Vraiment ? Les Bouddhistes écarquillent les yeux vers le Nirvana qu’ils n’espèrent atteindre qu’au bout de 547 réincarnations. Les chrétiens croient que nous ne vivons qu’une seule vie, que nous mourrons une seule fois et qu’ensuite nous vivrons une éternité dans la présence de Dieu. Les humanistes refusent la possibilité d’un Dieu créateur de la vie. Jésus déclare qu’Il est la source de la vie. Les diseuses de bonne aventure cherchent à lire dans la paume des mains. Les chrétiens consultent leur Bible. Les hindous conçoivent Dieu comme un être impersonnel et pluraliste. Les disciples de Christ croient “qu’il n’y a qu’un seul Dieu...” (I Corinthiens VIII, 4). Toutes les religions, autres que le Christianisme, déclarent : “Vous pouvez gagner votre salut !” 

 

Jésus affirme au contraire : “Seule Ma mort sur la croix peut vous sauver.” Tous les chemins ne mènent pas à Rome, tous les bateaux ne voguent pas vers l’Australie, tous les avions ne se posent pas sur l’aéroport de Londres. Tous les chemins ne mènent pas à Dieu. Jésus a tracé un chemin solitaire sur lequel ne peuvent pas s’engager ceux qui croient pouvoir se sauver eux-mêmes. Il a ouvert un sentier unique que n’encombrent pas les efforts humains. Il nous offre une invitation semblable à nulle autre : “L'oeuvre que Dieu attend de vous, c'est que vous croyiez en Celui qu'Il a envoyé” (Jean VI, 29). Il est mort pour que nous vivions. Il nous invite simplement à croire en Lui ! 

 

Textes inspirés de : La Bible, message de Bob Gass (part. 2), divers...


Page d'accueil - Christocrate.ch